Le Blog du Goeland
  • Les News
  • Nos Vans disponibles
  • Les Vidéos pratiques
logo evasion 24

Evasion24 - Jean-Charles et Julien Nicot - 24130 St Pierre d'Eyraud

Tél - 05 53 27 85 28

Le bonheur en « Van Goëland » | Témoignage client

publié le dans la catégorie Nos actualités

Par Eric et Brigitte de Verdelhan, heureux propriétaires d’un « Goëland »

En « Van » depuis longtemps

En Van depuis longtemps

Pour nous, les vacances en « Van » remontent à loin : en…1979, j’ai acheté un vieux combi Volkswagen que j’ai équipé très sommairement : un matelas, une glacière, un réchaud camping-gaz et un jerrican d’eau de 20 litres. C’était une époque bénie où le contrôle technique n’existant pas, on faisait à peu près ce qu’on voulait en matière d’aménagements.
Ensuite nous avons eu plusieurs véhicules de loisirs: un combi Westfalia, un utilitaire Opel, un 4×4 surmonté d’une auto-tente, une Vanette Nissan rallongée avec toit relevable Campérêve…etc…
Mais tous répondaient au même cahier des charges : ils devaient se conduire comme une voiture, passer à peu près partout, se garer sur n’importe quel parking, tout en offrant un confort correct et surtout, un vrai lit qui ne nécessite pas d’être fait et défait à chaque étape.
Mon épouse et moi-même, nous n’avons pas l’esprit camping-cariste : le « Van », pour nous, c’est le voyage, l’aventure et…la simplicité. Les mastodontes gourmands en carburant, larges et hauts comme des camions, lents, sensibles au vent et difficiles à garer (ou à mettre sur cales), nous laissons ça à ceux qui souhaitent une résidence secondaire sur roues. Certes, il en faut pour tous les goûts, mais, si on veut avoir le même confort qu’à la maison, autant rester… chez soi !
En prenant ma retraite, il y a quelques années, j’ai pu assouvir davantage ma passion pour les voyages, mais, pour ce faire, il me fallait un véhicule fiable, récent, en bon état, et pas trop kilométré. De plus, les contrôles techniques de plus en plus exigeants m’imposaient à terme d’avoir une carte grise « VASP » conforme à l’usage de mon « Van ».

On cherche le véhicule idéal, et…on le trouve

En 2018, nous avons vendu notre fourgon Nissan et nous nous sommes mis en chasse d’un nouveau « Van », sans idées préconçues mais avec des contraintes – budgétaires entre autres – et des exigences précises : un engin robuste, économique, compact, mais bien agencé, logeable et, si possible confortable, tant sur la route que le soir à l’étape.
Passons rapidement – c’est sans intérêt – sur les marchands de véhicules de loisirs qui vous appâtent avec un rapport prix/équipements « canon » et qui, à la sortie, tentent de vous vendre un « Van » entre 60 et 90 000 euros ; passons aussi sur ceux qui vous annoncent avec un air méprisant qu’ils ne livreront rien avant 12 à 18 mois, voire plus, tellement la demande est forte.
In fine, j’ai profité d’une promotion de Renault pour un Trafic III diésel, neuf, 120 cv, boite 6. Nous avons pu choisir la couleur (nous ne voulions pas d’un blanc : ça fait trop…camping-car) et quelques options utiles: sièges avant séparés, caméra de recul, antibrouillards, autoradio, etc…
Au préalable nous avions contacté Jean-Charles Nicot, sympathique patron d’« Evasion 24 », qui propose des aménagements uniquement sur le Trafic Renault (et ses clones : Fiat Talento, Opel Vivaro, Nissan Primastar). Il faut savoir qu’« Evasion 24 » vend, soit des véhicules complets, neufs ou à faible kilométrage, soit un aménagement – avec diverses options – sur un Trafic (gamme II et III) fourni par le client. Jean-Charles Nicot a baptisé son fourgon « Le Goëland », symbole de liberté.
Le concept du lit en diagonale, qui reste fait en permanence, est tout simplement génial.
L’intérieur du fourgon est douillet, les couleurs de tissu sont gaies, quant aux meubles, ils sont fonctionnels, jolis et surtout, bien construits : Jean-Charles Nicot a une formation de menuisier et n’a rien concédé à la mode du plastique et du clinquant tape-à-l’œil.
Nous avons opté pour un équipement basique: le petit toit-champignon, qui permet de se tenir debout ; le secrétaire, pour que mon épouse puisse utiliser son ordinateur ; et le siège passager pivotant (plus la petite table, offerte). Notre budget étant serré, nous n’avons pas pris les options : panneau solaire, booster, chauffage et auvent.
« Evasion 24 » demande trois mois pour équiper un fourgon. Notre véhicule nous a été livré plus tôt que prévu, fin décembre 2018 : un bien beau cadeau de Noël qui est devenu, depuis, « ma » voiture. Il se conduit comme une voiture normale et consomme à peine 6,5 litres/100.

Voyages, voyages

Dès le mois de février 2019, nous partions pour une virée de quinze jours en Espagne et au Portugal. Une promenade idéale pour tester notre nouveau « Van » : la nuit tombant tôt, les soirées étaient longues et relativement froides. Notre chauffage d’appoint a rempli son rôle et nous avons passé un séjour idyllique là-bas. (Photos 1 et 2)
Il faut croire que nous avons eu une prémonition de l’épidémie de Coronavirus qui allait nous tomber dessus en 2020, car en avril nous partions quinze jours en Bretagne, puis, dès le mois de juin, nous nous lancions dans une belle virée d’un mois dans des pays magnifiques:
Au départ de Charente-Maritime, Italie, Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Albanie, Macédoine, Grèce et retour par des chemins différents (Photos 3 à 8)
Durant l’été nous avons bourlingué dans le sud de la France (Photo 9) et en septembre dans la région de Saumur (photo 10).
Nous avons commencé l’année 2020 par une escapade, en février en Andalousie (photos 11 et 12). Ensuite nous avons subi le confinement et les restrictions kilométriques, mais, dès que nous avons pu, nous sommes partis dans le midi ou, lors de week-ends prolongés, dans l’Île de Ré, l’Île d’Oléron ou des départements proches de chez nous. Et dès le mois de juin 2021 nous embarquions pour la Corse avec notre « Van ». (Photos 13 à 15).
Durant l’été nous sommes allés en Espagne, dans le midi (Photos 16 à 18), au Lac du Bourget, en Alsace et au Luxembourg (Photos 18 et 19).En septembre, nous étions au pays basque et à Pampelune (Photos 20 à 23). Nous sommes rentrés le 2 octobre et nous faisons déjà des projets pour nos prochains périples.
Quelques trucs : (qui facilitent la vie et font faire des économies).

  • Sur le toit du fourgon, dans les trous prévus pour fixer une galerie, j’ai mis des plots en inox qui permettent, sur le côté droit, de mettre un auvent (photo 24 et 25). J’en ai également mis deux sur le côté gauche : quand nous restons quelques jours au même endroit, ils servent à tendre un fil à linge ou un hamac (d’expérience, les emplacements de camping ont souvent un arbre, rarement deux). L’auvent a coûté 25 euros chez Décathlon, le hamac 10 euros. L’auvent a subi moult orages, dans les Pyrénées, dans les Alpes ou en Grèce, il tient bien le coup, même dans le vent.
  • Nous n’avons pas pris l’option chauffage, mais nous nous chauffons avec un petit radiateur acheté 10 euros à Bricomarché (photo 26), ça fonctionne très bien.
  • Le « Goëland » n’a pas de penderie. On y a remédié facilement grâce à un cintre pour appui-tête chromé acheté 15 euros sur Amazon.(Photo 27)
  • Plutôt que d’avoir un porte-vélos à poste fixe sur la porte arrière, nous avons fait monter un crochet d’attelage chez Feu Vert à 399 euros (soit 200 euros de moins que chez Renault) et nous avons acheté un porte-vélos à 113 euros sur Amazon (soit 150 euros de moins que le prix moyen).
  • Entre les deux sièges avant, nous avons monté un porte-bouteille, aussi pratique pour caser la bouteille d’eau (quand on roule), que celle de vin (lorsqu’on est à table): 6 euros chez Gifi (ou La Foir’fouille) (Photo 28). Il y a de la mousse au fond pour éviter les chocs.

Ce « Van » correspond totalement à notre vision du voyage ; nous en sommes enchantés!

En bref et en résumé : « Que du bonheur ! ». L’essayer, c’est l’adopter !

Quelques améliorations possibles ?

Il en faut bien quelques-unes si l’on veut rester parfaitement objectif.

  • Tous les véhicules modernes sortent équipés de pneus « écolos », plus silencieux, plus économes en carburant, etc… La tenue de route est irréprochable mais sur les chemins, dans la boue, dans l’herbe mouillée, le véhicule patine (N.B : j’ai fait le même constat sur mon précédent fourgon). J’ai l’habitude de sortir des sentiers battus, pour faire du parapente entre autres, donc lors du changement de pneumatiques, je fais monter des pneus plus crantés donc plus aptes à tous les terrains.
  • Le réservoir des eaux usés, sous le poste de pilotage, est situé un peu bas d’où une garde-au-sol faible. «Evasion 24» , n’y est pour rien : la réserve d’AD-blue et venue prendre la place que prenait le réservoir des eaux usées sur les anciens « Goëland ».
  • Le bas du secrétaire gagnerait à être 5cm plus haut : l’espace pour les pieds, entre le bas du secrétaire et le matelas, s’en trouverait amélioré (mais le secrétaire serait moins grand).
  • Le revêtement de sol est joli et clair mais assez salissant. Il demande donc un entretien régulier.
  • Deux ou trois prises en 220V, au lieu d’une, serait un plus.*
  • La prise électrique extérieure est raide, pas facile à débrancher.**

En conclusion


Notre « Goëland » a donc beaucoup voyagé, sans parler de quelques week-ends prolongés dans des départements proches de la Charente-Maritime.
Malgré les confinements et autres mesures restrictives liées au Coronavirus, il accuse déjà 55 000 kms. Je ne voulais pas émettre un avis avant d’avoir testé mon véhicule pendant au moins deux ans. En matière d’équipements, rien n’a bougé, tout est nickel comme au premier jour.

Et merci à « Evasion 24 » – Jean-Charles et Julien Nicot – d’avoir conçu « Le Goëland ».

Eric et Brigitte de Verdelhan

Merci à Eric et Brigitte de Verdelhan pour leur confiance et pour leur témoignage

* Configurable sur demande lors de l’aménagement

** Prise norme CEE dans boitier extérieur